Le Pauvre Songe
Editions
 

Le pauvre songe
Arthur Rimbaud

 
Vign_cdcopyright2010_10
 

Créées en 2010 par Christian Ducos, avec comme projet de travailler à la promotion d'une littérature de recherche dans le cadre d'une structure non industrielle, les éditions Le Pauvre Songe, publient de brefs recueils de poésie et de prose, pour la plupart cousus à la main.

 

note de lecture "Plic ! Ploc !"

Merci à Marc Wetzel pour sa belle note de lecture du recueil de haïkus Plic ! Ploc !

de Christian Ducos, parue dans Poezibao, le 22 avril 2019.

note de lecturehttps://poezibao.typepad.com/poezibao/2019/04/note-de-lecture-christian-ducos-plic-ploc-par-marc-wetzel.html

Entretien avec Christian Ducos

Merci à Laurine Rousselet pour cet entretien avec Christian Ducos, article paru le 21 février 2019, dans la revue Éclairs,  la revue numérique de l'ALCA (Agence Livre, Cinéma & Audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine):

http://eclairs.aquitaine.fr/christian-ducos-un-poete-en-meditation.html

 

 Merci à Laurent Albarracin pour cette note parue dans Poezibao le 14 mars 2019

Note de lecture), Abdelmajid Benjelloun, Un ruisseau de paradis, par Laurent Albarracin



AB Couv 001 (002)On le sait, il y a en gros deux tendances dans l’aphorisme, deux pentes qui l’entraînent dans des directions diamétralement opposées, encore qu’elles puissent se rencontrer, parfois, au bout de leur exténuation. La première a à voir avec le scepticisme, avec l’humour dévastateur, avec l’à quoi bon. Cette veine-là réduit tout à rien, mène à la vanité de tout et aux vertiges de la raison. C’est la veine des moralistes et de Lichtenberg, qui débarrasse toute chose de son évidence et le couteau de sa lame et de son manche. La deuxième fait d’un rien un tout inclusif, rapporte la moindre chose à un sacré, c’est la veine des mystiques. L’une prend le pli amer de la désillusion, l’autre affiche le sourire de la béatitude. L’une fait de l’esprit et l’autre fait de l’âme. L’une cherche le trait et la pointe, l’autre se contente d’un ruisseau.

Les aphorismes du marocain Abdelmajid Benjelloun appartiennent résolument à la deuxième catégorie. Quelques thèmes, très peu (le ruisseau, la pierre, le ciel, la lumière, la femme, Dieu), lui suffisent pour donner du fil à retordre à son sentiment poétique. Il y revient comme à un mystère que son approche reconduit. L’aphorisme n’est pas alors la quête d’une formule définitoire et définitive, mais une clef confiée au hasard, à la rencontre, à la beauté soudaine et vive. La formule ne cherche une concision que pour se lover dans le moindre interstice. La brièveté ne réduit pas une chose à rien mais la rapporte à un tout, à une totalité englobante. Le lapidaire ne prône pas l’aridité mais se coule dans un silence énigmatique. Le lapidaire, chez Benjelloun en tout cas, c’est quand une chose se livre corps et âme à son énigme :

Par l’immobilité, la pierre a tout simplement l’orgasme de l’oubli d’elle-même.

J’aime la pierre car elle fait autorité dans l’oubli.

L’on y pense jamais, mais une pierre s’étend dans le monde au moins par son silence.

Immobilité comme communication supérieure, silence comme nappe qui relie tous les reliefs, qui replonge les saillies dans leur profonde unité, la poésie aphoristique et la spiritualité de Benjelloun, nourrie de soufisme (Rûmî) et de panthéisme, visent à une sorte de sainteté naturelle, ordinaire. Elle fait vœu de simplicité. Quand elle est moralisante, ça n’est jamais que pour se rappeler la plus saine et simple des attitudes :

M’inscrire en vrai dans un monde faux et sournois.

Mystique, certes, cette parole, mais sans se targuer d’une expérience hors du commun. Ce qui transcende les choses et le monde est tout de suite là, « à bâbord », dit-il. Il ne s’agit pas de faire part d’une connaissance singulière ni même d’une espérance particulière à l’endroit du paradis. L’ascension suffit, le détachement, le voyage, non le but :

Monter à ma mort. Sans plus.

Laurent Albarracin


Abdelmajid Benjelloun, Un ruisseau de paradis, Aphorismes, Préface de Christian Ducos, éd. Le Pauvre songe, 2019, 11 €
Vient de paraître au Pauvre songe (janvier 2019)
Vign_abd_1_001

Abdelmajid Benjelloun  


Un ruisseau de paradis

recueil d'aphorismes

enrichi de cinq encres originales de l'auteur

Au catalogue
de Laurent Albarracin :
 
                                   - Le Monde (septembre 2013)
 
 
de Jean-Paul Michel :
 
                                   - Premiers livres (décembre 2012)

 
de Christian Ducos :

 - Le chaînon bleu (novembre 2018)

 

                                   - un ensemble de trois recueils de 16 pages chacun,

                                      format accordéon, livrés sous enveloppe japonaise

                                      sous le titre Collection accordéon ( décembre 2017) :    

                                       L'éclair, sur quoi d'autre bâtir... (aphorismes) 

                                       Haï /12/ coups de minuit (Haï/kus)

                                       La barque vide, suivi de Le dernier tram (récits brefs)


                                   - Triptyque 3 (mars 2017)

 

                                   - Triptyque 2 (janvier 2016)

 

                                   - L'état des lieux (septembre 2013)

 

                                   - Pourquoi Rimbaud (septembre 2013)

 

                                   - Rimbaud ou l'expérience de la soif  (mars 2012)

 

                                   - Le vol du papillon   (mars 2012)

 

                                   - Triptyque  (mars 2012)

 

                                   - Une branche et des miettes de brume (avril 2011)

 

                                   - Douze bougies pour éclairer la lune (juin 2010)

 

                                   - Trois Poèmes (février 2010)

 

 
 
Chez d'autres éditeurs

de Christian Ducos

 

  • Au Cadran Ligné  :

 Dans l'indifférence de l'arbre

(septembre 2015)

(quelques extraits ont paru antérieurement dans le n° 51 de la revue Voix d'encre)

 

La source 

(octobre 2011)

 Collection recueils d'un seul poème

 

Pour toute commande :

Le Cadran ligné

Le Mayne

19700 Saint-Clément

 


  • Chez Jean-Pierre Paraggio, Collection de l'umbo (printemps 2015) :

 Le bruit de l'encre

(encres et poèmes)

Pour toute commande et correspondance:

Jean-Pierre Paraggio

23 rue des Princes

31500 Toulouse

jeanpierreparaggio@yahoo.fr

 

Notes de lecture


Autour de deux textes de Laurent Albarracin : 
- Explication de la lumière, Dernier Télégramme, 2010
- Le Déluge ambigu, Collection de l'Umbo, 2010

L'impromptu numéro trois, Bulletin de L'Umbo, 2011

Où trouver nos livres ?
  • Librairie Tschann - 125 bd du Montparnasse 75006 Paris 01 43 22 41 18
  • Librairie Anima - 3 rue Ravignan 75018 Paris - 01 42 64 05 25
  • Librairie Vendredi - 67 rue des Martyrs 75009 Paris - 01 48 78 90 47
  • Librairie L'écume des pages - 174 boulevard Saint-Germain 75006 Paris - 01 45 48 54 48
  • Librairie Floury Frères - 36, rue de la Colombette 31000 Toulouse 05 61 63 44 15
  • Librairie Ombres Blanches - 50 rue Gambetta 31000 Toulouse - 05 34 45 53 33
  • Librairie Préférences - 11 place Clément Simon 19000 Tulle - 05 55 20 05 22
  • La Machine à Lire - 8 place du Parlement 33000 Bordeaux - 05 56 48 03 87
    • Librairie Georges - Place de l’Eglise 33400 Talence - 05 56 04 68 00  
    • Librairie Olympique - 23 rue Rode 33000 Bordeaux - 05 56 01 03 90
    • N'a Qu'un Oeil - 19 rue Bouquière 33000 Bordeaux - 05 56 51 19 77
    © 2010 Ed. Le Pauvre Songe. Tous droits réservés.
    Créer un site avec WebSelf